jeudi 22 octobre 2015

L'école à bout de bras

Trouble du spectre de l'autisme - Autisme et TSA

Bien sûr, on peut être contre, comme on peut être pour. Quoi qu’on en pense, de nouvelles journées de grève annoncée par les différents syndicats des enseignants sont à nos portes. Nous parents, devrons encore une fois faire face à la musique.
Personnellement, je ne m’en cache pas, je suis pour cette grève et je m’explique.




L’éducation est à mon avis, ce qui devrait être perçu comme étant LA priorité pour une société. En fait, j'irais jusqu'à dire qu'elle témoigne de la bonne santé de celle-ci. L'importance que nos décideurs lui confèrent en dit long sur leurs visions à long terme et le respect qu'ils portent à leurs futurs citoyens.
Le calcul est simple. Les coupes dans le réseau de l'éducation touchent directement les services aux élèves. Ceci revient à dire que certains de nos enfants sont laissés à eux-mêmes. Ces enfants seront nos adultes de demain.
Je pose la question suivante.
Pouvons-nous nous permettre de nous passer d’une main-d’œuvre qualifiée, de chercheurs, de gens capables de penser et de raisonner ?
Si collectivement notre réponse est oui, alors nous aurons la société que nous méritons. Par contre, si vous hésitez, cessez de tergiverser et lever-vous avec les enseignants!
Non! Ni les syndicats ni les enseignants ne prennent nos enfants en otage. Pour se faire entendre par des gens qui nous ignorent, il faut parfois parler fort, même très fort.
Oui! Cette journée de grève sera plus que déplaisante, plusieurs parents devront manquer le travail, réorganiser leur horaire. Bien entendu, cette grève apportera son lot de soucis et affectera nos enfants quelques heures.
Je fais tout de même le choix d’assumer les désagréments de cette grève et d’appuyer ces gens merveilleux qui portent l’école à bout de bras. Je serai à leurs côtés lors de cette journée.
Quelques journées de grèves pour l’avenir de nos enfants, c’est bien peu payé pour garder vivant un joyau aussi important que le modèle de l’éducation publique québécoise.
Soit, des patrons seront fâchés, de l’argent perdu, des journées de travail fichues, un budget révisé. L'argent est peut-être le seul mot qui fera réagir parents, patrons et gouvernement. Pas l'argent gagné évidemment, mais perdu, comme dans ''perte de revenu ''.
Et si une grande coalition se formait et que dans un seul souffle celle-ci exige du gouvernement ce qu'il y a de mieux pour ses enfants ?
Au lieu de critiquer la marche à suivre, prenons tous part à celle-ci.
L’éducation est-elle une priorité nationale ?
N’êtes-vous pas inquiet de vos futurs concitoyens ?
Ceux-là mêmes qui devront travailler fort pour assurer la pérennité de notre société, votre société.

Marie-Josée Aubin,
Collaboratrice, consultante et blogueuse Le spectre de l'autisme.

Pour en savoir plus sur Marie-Josée Aubin, nous vous invitons à consulter la section Les collaborateurs du blogue.